Retour en Thaïlande

&p[url]=http%3A%2F%2Fwww.thecyclophotographer.com%2F2016%2F07%2F11%2Fretour-en-thailande%2F&p[images][0]=http%3A%2F%2Fwww.thecyclophotographer.com%2Fwp-content%2Fuploads%2F2016%2F08%2F20160707-A-Destinations-1600.jpg" class="fb-share fb-link clearfix">

Mohanzhen (Chine) - Vieng Phou Kha (Laos)

122 Km
Passer la nuit sur la place d’un marché parce que je suis abrité des intempéries à quelque chose de…surprenant. Surtout à 4h du matin quand les premiers maraîchers viennent installer leurs stands, déballant fruits et légumes de leurs emballages plastiques et pliant les bâches qui recouvrent les étals. Que de bruit. J’arrive tout de même à me rendormir malgré la cinquantaine de personne qui m’entoure vers 5h du matin. Mais vers 6h, ça cogne sur mon stand, la patronne aimerait bien installer le sien justement. Je remballe à toute vitesse mon hamac qui était déjà aligné entre 2 rangées de concombres, et part un peu plus loin prendre mon petit déjeuner au calme. Je prends la route pour 10km: bientôt la frontière Chine-Laos. Enfin ça c’est ce que je croyais. Mais c’était sans compter sur l’administration chinoise. Apparemment c’est plus dur de sortir de Chine que d’y entrer. Je suis encore dans la file d’attente qu’un militaire vient me voir et me demande mon passeport. Je me dis qu’il va me faire passer plus vite. Au lieu de ça, il part dans un bureau, revient, me rend mon passeport…et reviens le reprendre pour aller l’examiner à nouveau dans son bureau. Mais à la loupe cette fois. J’en reviens pas. Au moment d’arriver au guichet, il me rend mon passeport que je tends au douanier. Il discute avec son collègue qui me demande si je voyage en vélo. Je réponds que oui, mais sachant que mon vélo est à l’extérieur du bâtiment et que personne ne m’a vu le poser à l’entrée, je me dis que absolument tout ce qu’on fait en chine doit être méticuleusement archivé dans une énorme base de données. Impressionnant!
En sortant je veux récupérer mon vélo resté forcement en arrière et là, 2ème bataillon de militaires qui me tombe dessus et me dit de rentrer dans le bâtiment de l’autre côté de la route si je veux prendre mon vélo. Bon sang c’est le chien qui se mord la queue. Je peux pas passer avec mon vélo sans le tampon mais je dois refaire tamponner mon passeport si je veux revenir prendre mon vélo. Finalement après quelques explications, un militaire me laisse y aller, je récupère mon fidèle destrier qui était resté côté chinois tandis que j’étais dans le « no man’s land » qui sépare les 2 postes frontières.
Je franchi plus facilement (c’est pas difficile) la frontière laotienne, et je prend la route à travers les montagnes retrouvant les « sabaïdee » (bonjour) des enfants que j’avais laissé quelques mois plus tôt. Quel plaisir de se retrouver là.
Quel plaisir de se retrouver là. La route serpente entre les rizières où tout le monde s’acharne dans la boue à récolter le riz. En fin de journée, tous se retrouvent sous les abris aux bords des champs pour partager quelques bières bien méritées. Il faut les voir, toutes et tous, sortir des champs, couverts de boue.
Les montagnes du nord du Laos étant parfois à 10% de pente, je me retrouve à alterner pédalage et poussage. Ce qui ne m’empêche pas d’avoir roulé 122km en montagne aujourd’hui et d’arriver à Vieng Phou Kha en fin d’après-midi. Une petite ville bien calme dans les montagnes où je passerai la nuit.

Vieng Phou Kha (Laos) - Huay Xai (Laos)

122 Km
Départ très rapidement accompagné de la pluie. Décidément la saison des pluies ne m’aura pas épargné. Je roule donc sous la pluie en me disant que je secherai plus tard. Le soleil finit par revenir et alors que je commence à sécher en fin de matinée, je prends ma 2ème averse.
A ce moment là, la route se met à monter sérieusement et je me retrouve à 1100m d’altitude, longeant la crête de la montagne dans une succession de montées et descentes qui semblent ne jamais se terminer. Je finis par descendre à un petit village où je m’arrête pour manger. A peine reparti, la route remonte mais cette fois ci de manière très raide. La côte est à 10%, impossible de pédaler et je me retrouve en train de pousser sous un soleil de plomb. C’est long et ma main droite commence à s’engourdir, j’ai des fourmillements jusque dans l’avant bras. Pousser un velo de 50kg dans une telle côte n’est pas de tout repos. La route continue en alternant quelques ascensions mais je reprends une autre montée à 10% un peu plus tard. Cette fois ci, en plus de l’avant bras, je sens les muscles cervicaux qui sont tendus à mort. Décidément la journée n’est pas de tout repos.
Je finis par redescendre et arrive sur une plaine qui mène à Huay Xai, ville frontière avec la Thaïlande, située à 30km. Il va bientôt faire nuit donc je roule vite, la route étant bien plus plate que ce que j’ai eu aujourd’hui. J’arrive à la nuit tombée, juste avant que la pluie ne se remette à tomber. Et surtout dans un état de fatigue bien avancée. 244 Km de montagnes en 2 jours, voilà de quoi passer une bonne nuit.

Huay Xai (Laos) - Phaya Mengrai (Thaïlande)

75 Km
Réveil très difficile. Les 2 derniers jours ont été très éprouvants et je le ressens bien aujourd’hui. Mais il faut prendre la route et je pars tranquillement jusqu’à la frontière. La zone entre le Laos et la Thaïlande n’est autorisée qu’aux bus. Je m’acquitte donc des 125 baths (environ 3€) et après avoir passé le poste frontière de la Thaïlande, il ne me reste que les formalités habituelles (change de monnaie, trouver un opérateur téléphonique).
Et c’est après avoir retrouvé la bonne cuisine thaï que je reprends la route direction Chiang Maï. J’arrive en fin de journée à Phaya Mengrai, petite ville de campagne, où je retrouve mes vieilles habitudes, à savoir retrouver l’hospitalité des moines et dormir dans un temple.

Phaya Mengrai - Mae Tam

122 Km
7h00…il est temps de quitter la quiétude du temple et les jeunes moines.
Je passe près du magnifique temps blanc de Wat Rong Khun. Je n’ai pas le temps de visiter et préfère revenir un autre jour afin de shooter à de meilleurs heures.
Je roule donc jusqu’à 19h pour arriver à Mae Tam, petite ville dans laquelle je passerai une nuit paisible au Wat Mae Tam.

Mae Tam - Chiang Maï

126 Km
Dernière ligne droite jusqu’à Chiang Maï. Mais pour le moment le réveil est difficile j’accuse la fatigue des jours précédents. Je prends la route mais difficile d’avoir un rythme soutenu, mes jambes me lancent dès le début. Je veux arriver à Chiang Maï aujourd’hui. Je passe devant le temple Wat Pong Nam Ron, qui ne peut être visité car actuellement en travaux de rénovation. Il faut dire que ce temple est très différent des autres vu en Thaïlande. Son architecture me rappelle plus l’influence Khmer.

Attention sources d'eaux chaudes

Mais c’est sans compter le passage à travers le parc national Khun Chae qui m’emmène jusqu’à 1000m. Succession de dénivelé sur 40km ça n’arrange en rien ma fatigue.
J’arrive en fin de journée sur Chiang Maï. Enfin. Je vais pouvoir me reposer des 735km que j’ai fait ces 7 derniers jours dont 5 de montagnes.
Please follow and like me:

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz